Selky remplit son sac d’amour…

Coucou les Mamounettes (bis)

J’ai participé à un concours d’e-criture sur le site aufeminin.com
J’ai proposé deux nouvelles.
La deuxième est ci dessous.
Le thème est « Mon sac, je glisse toute ma vie dedans. Mais … où est-il passé? »

Vous pouvez la retrouver ici là oui et votez pour moi en cliquant sur « j’aime » si elle vous a plu !!
J’attends vos impressions !!

Selky_ecrit_papi_manine

Selky remplit de souvenirs son sac d’amour.

Mon Papi, Ma Manine.

Mes souvenirs vont et viennent dans ma tête. Il faut que je les pose ; que quelque part je les jette. Pour ne jamais oublier ces moments passés à vos côtés. Mon Papi, ma Manine, c’est moi « Cagaroulette », votre petite fille, la toute dernière. Vous faites partie de moi, à tout jamais. Je vous aimais, vous aime et vous aimerai. Je ferme les yeux, mon cœur se gonfle, c’est parti. Pour moi, Papi et Manine c’est tout ce qui suit. Les souvenirs vont et viennent, ils se mélangent dans ma tête. Un à un dans un grand sac je les jette :

Un Papi et une Mamie toujours là pour nous. Aimants, câlinants et rassurants. Un couple amoureux, main dans la main encore aujourd’hui après 65 ans de mariage. Les journées au Pont Juvénal : mon enfance, les vacances. Le sac peu à peu se remplit de romances. Des bruits, des odeurs, des couleurs se mélangent. Un à un je les dépose dans le grand sac à anses.

La petite allée de gauche jusqu’au jardin bordée de rosiers si odorants taillés avec soin. La petite pente jusqu’au garage que l’on montait bambin avec le petit camion orange. Le gros couteau qui tranche le pain. Les grillades au barbecue. La saucière côté jus maigre et côté jus gras, avec la soucoupe pour la reposer sinon ça tache la nappe. Le pain grillé des petits déjeuners. La purée de Papi et Manine. Une institution : de l’épluchage à deux jusqu’au moulin à légumes en fer : quel tour de main. Pour sûr ma purée n’est jamais aussi bonne…

Le béret de Papi, sa sacoche en cuir, sa petite bourse, son couteau suisse et son petit ciseau qui se replie. Son jogging bleu remonté jusqu’au-dessus du ventre, ses orteils tout tordus, son odeur d’après rasage, le bruit des couteaux qu’il aiguise avant de découper la viande. Manine avec ses robes fleuries, ses bas dépareillés, sa mise en pli, son parfum d’Estée Lauder, ses petites créoles et la croix à son pendentif.

Les histoires de Papi : petit avec les moutons, sa rencontre avec Manine, les chaussures qu’elle laissait à sa fenêtre le soir pour qu’il vienne la voir. La guerre, les brûlures aux bras, la peau prise sur ses cuisses, les cicatrices…

Il grossit ce sac, j’espère qu’il ne va pas craquer. S’il déborde d’amour c’est pas si grave, mais pourvu qu’il ne cède pas, j’ai tant besoin de lui.

Les batailles d’eau lors des repas. La ZX de Papi, toujours propre. La carte de France et le petit cheval en rotin avec son écharpe rouge qu’il gardait toujours dedans. Les voyages avec Papi au volant et Manine derrière, un oreiller sur les genoux : moi d’un côté et mon frère de l’autre endormis.

Les balançoires jaune et rouge du portique. Les cabanes et les spectacles improvisés sous la table du jardin. Les bains entre cousins, les batailles d’eau avec les pipettes.

Manine qui étend son linge sur les cordes du jardin. Papi qui jardine, remue la terre, ratisse, plante les radis, salades, tomates « cœur de bœuf » et haricots verts certifiés « sans fils ». Il l’aime son jardin et en prend soin.  Il fait si chaud, il les arrosera ce soir avec son arrosoir vert. Les petites croix de Manine pour panser tous les maux, les mots de tête des grands et les brûlures des voisins car Manine elle éteint le feu. Papi qui bricole dans son établi au fond du jardin qui sent bon le bois. Il a les mains dures et un peu râpeuses. Les repas d’anniversaire de mariage, les grandes tablées, moi toujours assise à côté de Papi. Les Noël. La crèche avec le papier marron. L’étoile en haut du sapin que j’ai décorée petite. L’attente du Papa Noël, la messe de minuit. Les fruits déguisés préparés avec amour.

 Les câlins qu’ils se sont toujours faits car ils s’aiment fort ces deux- là et se le montrent tous les jours. Des gestes tendres, des petits bisous, des « ma petite femme » et « mon homme » main dans la main.

Mon sac est bien rempli de souvenirs d’eux dedans. Il est plein, il déborde d’amour de toute part. Les coutures vieillissent mais la carcasse est solide. Je vais le garder encore à mes côtés.

Et puis un jour… Papi a trop mal à l’estomac, le cœur a tremblé. Et vous voilà dans la « petite maison ». Ensemble, heureusement dans votre belle chambre remplie de photos de nous. Les visites. Vos enfants tous les deux jours. Et moi qui ne viens pas aussi souvent que je le devrais, qu’il le faudrait… C’est dur, je pleure en venant « comment vous serez ?», et je pleure en partant, la boule au ventre de vous laisser. Il est là-bas mon grand sac d’amour. J’y tasse les souvenirs pour ne pas les perdre, ils doivent y rester même s’il est usé.

Vous n’êtes plus les mêmes, je vous sens perdus mon Papi et ma Manine. Vos yeux n’ont plus leur étincelle d’avant. Vous ne marchez plus très bien, ah ces fichus fauteuils… Tu as maigri Manine, ta jupe tombe. Papi tu restes trop allongé… Mon cœur se serre. Ne pleure pas Cagaroulette, Minimi est là, elle ne comprendrait pas. « Oui c’est moi, ta petite fille, la dernière. Et eux vous les reconnaissez ? C’est ma famille maintenant je suis maman !». Parfois vous êtes bien : Manine chante « Petit Papa Noël » avec ma puce et ses yeux brillent à nouveau. Papi, un petit chocolat ? Encore une part de tarte aux pommes. Et un câlin.

Je veux garder les bons souvenirs, alors je fuis un peu ceux-là. C’est lâche. Je resterais bien enfant pour ne pas souffrir de vous voir vieillir. Je redoute demain, j’y pense trop. Le cœur qui pleure, les yeux qui coulent. Comment je vais gérer ? Que vais-je dire à mes enfants? Qui va me consoler ? Et le Pont Juvénal, que va-t-il devenir ? Il est déjà vide sans vous, je ne veux pas imaginer des rires étrangers dedans ni d’autres voitures garées devant…Non décidément, il ne faut pas y penser. Mais je ne peux m’en empêcher la nuit quand mes yeux ne veulent pas se fermer.

Alors je mets tous ces souvenirs dans ce grand sac. Il est là-bas mais c’est tout prêt. Pas loin de mon cœur de petite fille qui aime son Papi et sa Manine, ne veut pas grandir ni les voir tant vieillir.

Cagaroulette

Selky

10 réflexions sur “Selky remplit son sac d’amour…

  1. Tifaineve dit :

    Cela fait plusieurs fois que je lis ce texte et que je n’ose pas poster de commentaire comme après un film au cinema ou un livre que tu viens de terminer et qui t’a émue, bouleversée, tourneboulée et que tu ne veux pas en parler tout de suite pas encore donner ton avis, juste apprécier le silence pour ton cœur et ton esprit retrouvent progressivement le calme après la tempête des sentiments remués! Mais je ne peux venir et revenir lire ce texte qui me touche tant ( petite larmichette qui coule le long de mes joues à chaque fois que j’arrive à la fin!) sans te dire merci . Alors volià je me lance: Merci ma Selky

  2. annapoubelle dit :

    C’est un peu notre histoire à toutes même si cele-là t’appartient en tout.
    j’ai perdu mon papi et ma mamie l’année dernière, c’est indescriptible..
    Je me tais et je vais voter ♥

    • Moi dit :

      Merci anna,
      tu as du voir que le concours est terminé, j’ai remonté le billet car chaque visite là bas me serre le cœur et fait remonter tout un tas de souvenirs. Je ne préfère pas penser à demain… Bises à toi, je pense que ton cœur est rempli de beaux souvenir d’eux aussi <3 <3

  3. lydoue dit :

    La nostalgie, le souvenir des doux moments de l’enfance, l’angoisse de voir ceux qu’on aime tant vieillir, celle de les perdre, se demander comment vivre après…
    Tout le vécu de beaucoup d’entre nous ici exprimé, posé en mots douceur… puis en maux…
    La nostalgie qui se mue en peur, en tristesse…
    Et au final, juste de l’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.