Selky a un grand garçon de troizans !

Mon bébé, mon ptiQ, mon Nini, mon doudou, mon pti mec, mon Tinyni.
Tu as troizans aujourd’hui.
Troizans que tu nous combles de bonheur.
Comme il faut 4 roues à une voiture pour rouler, comme il faut 4 pieds à une table pour tenir (Verlaine doit se retourner dans sa tombe tant mes comparaisons sont poétiques…) : tu es la 4ème pièce qui permet l’équilibre de notre family’puzzle.
Le petit « frèze » tant attendu par ta grande sœur.
Mon tout petit. Mon tout pti « dernier ».
Mon bonheur sur patte.
On est bien là avec toi.
On est au complet.
(Sauf accident Jasonal inopiné… Non… Hein… Non…)

140703 Selky_grand_garçon_troizans (2)

Je vais faire un Miniportrait chinois pour tes troizans.
Parfois un réponse ne suffira pas m’en voulez pas.

Lire la suite

Selky écrit à son Papi et sa Manine…

Mon Papi, Ma Manine,

Mon Papi, ma Manine, ces souvenirs vont et viennent dans ma tête, il faut que je les pose ; que quelque part je les jette. Pour ne pas oublier, jamais, ces moments passés à vos côtés. J’ai grandi avec vous. Mon Papi, ma Manine, moi c’est « Cagaroulette », votre petite fille, la toute dernière. J’avais besoin de laisser une trace, un retour en arrière.

Vous faites partie de moi, à tout jamais. Je vous aimais, vous aime et vous aimerai.

Pour moi, Papi et Manine c’est tout ce qui suit.

Je ferme les yeux, mon cœur se gonfle, c’est parti.

Ça se mélange dans ma tête, les souvenirs vont et viennent, dans le désordre, mon récit le sera aussi.

Papi et Manine, c’est tout ça :

Un Papi, une Mamie, toujours là pour nous, aimants, câlinants, adorants, rassurants, protecteurs. Des parents qui aiment leurs enfants, et se font du souci, toujours, pour eux. Des cousins et amis, qui sont toujours là pour les autres, quoi qu’il arrive, accueillants… Un couple amoureux, encore et toujours, se tenant la main et se câlinant tendrement encore aujourd’hui après 70 ans de mariage.

94 et 96 ans..

140605 Selky_papi_manine.jpg

Lire la suite

Selky essaye de se souvenir…

Mes souvenirs se voilent – comme dirait Patrick.

Je m’en rends compte car je dois me concentrer davantage pour les attraper au vol dans ma tête, il s’échappent si vite!

Une photo, une odeur, un bruit, un « déjà-vu »sont autant de chose qui me renvoient quelques années en arrière. Un retour vers le passé, pas toujours facile de s’y replonger.

140511 Selky_essaye_de_se_souvenir

Moi y’a certaines choses que je ne veux pas oublier. J’aimerais tant me rappeler du temps d’avant, où tous les 4 nous n’étions qu’un, enfin qu' »une »famille unie.

De ce temps là j’ai gardé une balade. Une promenade fétiche des dimanches printaniers : le pique nique sur la table en plastique orange, la glacière était bleue, et les chaises pliantes. Une petite mare où nous cherchions les têtards, moi en culotte courte, un fichu sur la tête, pieds dans la vase. Mon père était plus loin avec mon frère, vers le ruisseau la-bas, il lui fabriquait un petit radeau en bois avec son couteau, le même que son papa lui faisait petit, le même que dans la pub Herta. Et tous les 2 de suivre leurs frêles embarcations sur le petit court d’eau. Et moi et mon seau, moi et mon fichu et ces fichus têtards qui se laissaient pas prendre. Et maman que faisais-tu ? Tu ramassais sans doute un bouquet de jonquilles ou de narcisses. Les fleurs tu as toujours aimé ça, et mâchouiller un long brin d’herbe aussi, que tu auras d’abord noué dans tous les sens, comme pour lui faire payer d’avoir poussé si droit.

Lire la suite