Selky a une double vie….

Ma deuxième vie…
La double vie de Selky…
La double vie de mon double maléfique…
Elle est un peu comme ça ….

Je suis une femme de la fatalité (ou pas), toujours bien pomponnée de la fringue (ou en sarouel), coiffée de tresses à 8 brins à la Khaleesi, la spanish manucure tri dimensionnelle toujours impeccable (ou pas). J’ai les dernières chaussures converses qui rejoindront mes 28 paires (quoi c’est pas les mêmes, ça compte pas). Idem pour les sacs, j’en ai un par jour.

J’ai enfin le tatoo de mes rêves. Ici, DD n’a pas de véto à opposer. Ici, même si ça lui déplaît je m’en fiche, j’en ai même 6 pour le coup : 3ème orteil pied gauche, oreille droite, cuisse (un mandala pour décorer cacher la cellulite), auriculaire phalange numéro 2, un sur la 6eme vertèbre. Et un dans le nombril.

140905 Selky_double_vie

J’ai aussi le chien dont je rêve depuis toujours. Non pas de lapins crétins (sont cons ces lapins). Un golden retriever, sable, qui court le poil (lisse et soyeux) au vent, qui ne bave jamais et reste bébé toute sa vie.

Lire la suite

Selky n’a plus peur de la foudre…

J’ai eu en 1998 (j’avais alors 17 ans) une myélite transverse au niveau cervical.
Un nom barbare pour une maladie sournoise.

Je révisais mon bac de français sur mon lit (ne me jette pas la pierre : je n’ai jamais su travailler sur un bureau), quand j’ai senti que quelque chose de bizarre m’arrivait : des fourmillements partout dans le corps et surtout : mes jambes ne me répondaient plus… Paralysie du côté droit et de la vessie.
Deux jours d’interminable attente (les docteurs ne savaient pas quoi faire de moi) plus tard et un tour d’hélicoptère en prime, me voilà à Montpellier pour me faire des examens plus poussés : ponction lombaire – moultes séjours dans le tunnel de l’angoisse / IRM – potentiels évoqués – électrodes dans la tête – décharges partout – visites de courtoisie du staff médical (10 étudiants qui se parlent avec des termes barbares..). J’ai eu une inflammation de la moelle épinière au niveau cervical.
Comment ? Pourquoi? Quand on ne sait pas trop on dit « c’est un virus ».

Une semaine d’hosto au rythme de Rolland Garros, kinésithérapie tous les jours et un coup de cortisone plus tard, me voilà sortie. Je n’ai pas pu passer mon bac de français en juin.
Mes copines vont danser tout l’été quand moi je dois réapprendre à marcher… (Et réviser pour septembre).

Quelques mois (années plus tard), à forces de contrôles, j’apprendrai qu’il s’agissait d’un épisode unique (on a écarté la SEP). J’ai eu mon bac, j’ai mis ça dans un coin de ma tête pour vivre comme mes copines une « vie d’ado ».
Dans mon malheur j’ai eu de la chance : je pouvais marcher (et faire pipi !). Mais toujours des troubles « invisibles » : fourmillements, troubles de l’équilibre, je me fatigue plus vite que les autres si je dois rester debout (fini les piétinages aux soldes…)… Et la peur constante que ça recommence.

Quand on est ado on est un peu bête : j’ai refusé de parler à quelqu’un à ce moment-là… Aujourd’hui j’ai quasiment tout récupéré physiquement. Encore quelques faiblesses à ma jambe, une fatigabilité supérieure à la norme, je fais pipi 30 fois par jours, mais je vis « normalement ».
La plus grande séquelle que je « trimballe » depuis est une angoisse terrible et une hypocondrie « maladive » j’aurai tendance à dire… Oui déraisonnée, excessive mais apparemment compréhensible…

130603 Seky_plus_peur_foudre

Lire la suite