Selky s’est entorsée le genou au ski

Date :  Mardi 5 janvier.
Heure : 10h55.
Lieu : canapé. Mon meilleur ami du moment, avec l’advil et mes béquilles violettes pour la(les) semaine(s) à venir.
Circonstances : moi entorsée du genou gauche survenue au ski.
 Selky entorsée genou

Les vacances

Nous étions en l’an 2015. Une bien jolie fin d’année 2015 juste entre nous 4. L’homme voulait au ski pour clôturer l’année. Acte. Je te raconterai dans un autre billet (j’ai pas grand chose d’autre à faire en même temps) notre aventure familiale au ski. Car le ski à 4 avec 2 enfants en petit âge, pour des novices de la neige que nous sommes : c’est sportif et comique.
Mais revenons à moi. La grande sportive de l’extrême. Sur des skis.
Notre mini séjour à duré 4 jours et dans ma grande mansuétude je me suis blessée le dernier jour, le dernier après-midi même.

Les 3 premiers jours ont été consacrés à des balades : parc animalier festif de l’animal sauvage, lac, luge sur une petite piste à moitié herbeuse, et enfin vente d’un rein pour que les monstres prennent 2 heures de cours particuliers de ski. (Ensemble hein faut pas pousser mémé dans la pente neigeuse.)
Le dernier jour devait être l‘apothéose. La journée à ski familiale.
A 10h36 nous étions fin prêts à dévaler les pistes.
Petit rappel de notre niveau skial :
  • Minimi et Tinyni ont donc 2 heures de ski à leur actif vital.
    • Minimi a brillé telle une étoile glissante et a obtenu une médaille Ourson : acquisition du chasse neige, descente d’une piste verte en virages contrôlés.
    • Tinyni quant à lui est du niveau Piou-piou / Lapinou : à savoir qu’il gère pas encore trop le chasse neige et ne sait pas trop s’arrêter et en est encore au jardin d’enfants. (On est des barges).
  • DD a pratiqué quelques fois du ski de piste. Étant assez sportif il se démène plutôt bien sans être un aspro.
  • Et moi la reine de la neige… j’ai eu fait du ski de fond dans ma tendre enfance Lozérienne (pas très pentue la pente Lozérienne) et j’ai eu fait du ski de piste max 2 fois dans ma jeunesse, à faible dose et vitesse et pente… On m’avait pourtant dit que le ski c’est comme le vélo… ce qui s’avère presque vrai. Presque

Le jour du drame

La journée à 4 donc fut la journée du drame.
(Je te raconterai le périple familial plus tard je t’ai dit, là je ne te parle que de moa).
L’essayage de chaussures déjà. « Les Bronzés font du ski » et Josiane restent ma référence ultime en matière de sport d’hiver. Je voyais donc déjà le fermage de chaussures violent m’emprisonnant dans la chaussure trop petite. Le « j’y vais mais mais j’ai peur » ma réplique fatidique. Malgré une pointure au dessus et une insertion de cheville fébrile ( la droite a été entorsée 5 fois) j’avais enfin trouvé les promises. J’avais oublié la démarche sexy de pingouin désarticulé qui va avec.
La matinée skiale a donc commencé vers 10h39. Le temps que nous soyons tous les 4 habillés, chaussés, que Minimi ait eu envie de faire pipi au dernier moment of course… Plus tôt aurait été indécent.
Nous voilà donc face à la piste verte. Avec remontée sur un tapis roulant (glissant?) dans un tube (tunnel?) facile et reposant. Tu n’as qu’à te laisser porter par le système. Même Tinyni à géré comme un aspro. Quant à moi je te le donne en 1000 j’ai réussi à me vautrer pendant la remontée. Me voilà donc sur le postérieur, tentant de me relever comme un mollusque empoté, gloussant comme une truite empotée. Je tends mon bâton à DD qui était devant moi (ouf)(j’aurais été bien si cela avait été Minimi) et v’là qu’il tireeeeeee et tireeeee et je tente de relever mon postérieur inexorablement attiré vers l’arrière. A ce moment là le Mr.Tapis arrête le système roulant (la honte) mais j’ai donné un coup de rein fatal me permettant de me relever en toute dignité avant la fin du tunnel. (Pas d’autre chute à déclarer dans le tunnel. Je suis restée concentrée et immobile).
Pas d’anecdote de type chute au tire-fesses. Concentration maximale. Reste debout. Ne fléchis pas lors du passage de poteau quand la barre se met verticale. Tu peux le faire. I did it. Minimi aussi alone. DD tractait Tinyni.
Selky_entorsée genou ski

Le drame de l’entorsée

La matinée s’était plutôt bien déroulée.
Nous enchaînions les montées tunnel ou tire-fesses et descentes.
Minimi partait la première en mode fusée de type mini virages tout schuss. Moi en seconde position derrière elle et tentant de la suivre en me concentrant sur mes virages / mon chasse-neige / ma flexion du genou tout en jetant un œil sur elle. Et derrière : DD avec Tinyni entre ses jambes qui ferment la marche.
Nous commençons à fatiguer et à sentir la faim vers 13h donc décidons de faire la pause déjeuner crêperie bien méritée. Hésitation sur un retour sur les pistes après le repas (sachant que nous devons quitter la location en fin d’aprem et sommes attendus pour le repas à Perpignan). La balance oscille entre oui profitons en encore une heure ils ont envie d’y retourner et pfff quelle flemme de nous rechausser…
Finalement vers 14h nous revoilà tous les 4 à nouveau équipés. J’étais hésitante. J’avais la méga cagne à vrai dire mais aussi envie d’en profiter avec eux. J’aurais du m’écouter et faire la mère calme au pieds des pistes à encourager sa marmaille. Minimi part et file, comme une fusée toujours. Moi : je le sens mal dès le départ : je prends de la vitesse, je gère mal mes virages, tente de la suivre du regard. Et bim. La chute. Onzegenou.
Je sens de suite que ça va pas le faire. DD s’arrête. Me lève. Je suis en plein milieu de la piste je tente de rechausser les skis mais je ne peux pas appuyer mon pied. Je tente de marcher mais je ne peux pas appuyer mon pied. Nous voilà bien. Je suis tentée de dévaler la piste sur les fesses. Grande la piste hein je suis tombée au début tant qu’à faire. Puis DD m’abandonne car Minimi est déjà en bas depuis quelques minutes et va s’inquiéter. Il confie la marmaille à une mère calme qui encourage sa marmaille du pied des pistes et remonte récupérer mes skis. Je traverse la piste en travers (personne ne s’est arrêté pour m’aider je note l’amabilité du skieur et du surfeur… ) et me traine comme une âme en peine jusqu’à une espèce de recoin pas loin de la route. J’attends mes sauveurs.

La suite

3 étages à monter et descendre de l’appartement en sautant sur un pied.
Un coup d’advil.
1h30 de route le pied en pseudo l’air jusqu’à Perpignan.
Un coucou à la famille de DD.
1 h de route le pied en pseudo l’air jusqu’à la clinique de Narbonne.
2 heures d’attente. Des compagnons d’attente charmants : un qui s’était pété la main en se battant. Un autre qui crachait ses poumons comme un tuberculeux agonisant et sortait fumer ses clopes pour faire passer le temps (et qui a doublé tout le monde pitain j’aurais du pleurer de douleur).
Une radio.
Une consultation douloureuse à base de tordage de genou dans tout les sens. Verdict : chui entorsée.
Une attelle jusqu’à la cuisse. Pratique pour faire pipi j’ai la jambe qui dépasse de la porte.
Des béquilles violettes.
Un sac de Saint Bernard autour du cou pour transporter mon minimum vital.
Un bain et 22h de canapé par jour.
Zéro participation à la maison.
1 DD qui gère TOUT comme un aspro.
2 semaines à tenir.
Un rdv orthopediste à prendre pour voir l’étendue des dégâts…
Une promesse : chui trop vieille pour ce genre de conneries. Désormais je serai la mère calme qui encourage sa marmaille au bas des pistes.

Selky

Facebook Comments

8 réflexions sur “Selky s’est entorsée le genou au ski

  1. marie dit :

    C’est le coup classique: Crack! Quand t’es fatiguée….
    Je déteste le ski (alpin),les gens filent en te skiant dessus (mauvais souvenir des Angles) et ça coute un rein. Je préfère le soleil

    • Selky dit :

      Et oui j’aurais pas du y retourner… Tu as raison quand on est fatigué ça pardonne pas…
      EN effet le skieur et le surfeur n’est pas franchement friendly du novice…
      Et en effet ça coute un rein aussi, pitain ! J’imaginais pas autant ! Ceux qui y vont la semaine entière ouah !!! Faut prendre un crédit ^^

    • Selky dit :

      Les 2 premiers jours j’ai bien morflé oui. Là ça va mieux, je prends un peu appui pour avancer en béquilles. Mais je sens une vilaine douleur donc je sais pas si j’ai bien de droit de faire ça…. J’ai rdv dans une semaine chez l’orthopédiste. En attendant, repos… Merci 🙂

  2. Manu (Esteolia) dit :

    Les boules.
    Voilà exactement pourquoi je ne skie pas. Voila. C’est pour ça. EXACTEMENT ça.

    J’avais fait un peu la même, mais j’étais jeune et sportive, une chute de pas douée au ski (dernières descentes en ski datait de ma 1ère étoile en CM1….) entorse du genou…. Une autre fois, je suis remontée sur des skis (encore jeune et sportive) et j’étais pas bien, trop stressée de la chute. J’avais rendu tout le fourbi… alors 25 ans plus tard même pas en rêve!
    J’ai rechaussé des skis pour faire marrer les gamins y’a 2 ou 3 ans (question de faire une photo pour la postérité!), sur une petite piste gratuite et avec l’équipement de mon ado qui faisait la même taille que moi (avant de me dépasser). Bah j’ai pas aimé de toutes façons.
    Je ne sais pas si tu seras comme moi, mais l’entorse m’a dégoûte du ski.Mais franchement c’est pas bien grave.
    Par contre, j’adore aller à la montagne.

    Quand on va dans les Alpes, Je fais des ballades. Et je lis posée sur mon balcon ou sur une terrasse face aux montagnes. Et je joue avec les petits. Je fais -un peu- de luge. J’aime l’ambiance, l’air, c’est tellement beau…

    Maintenant tu n’as plus qu’à prendre soin de toi, patienter, et faire du kiné.
    Et rester avec moi en bas des pistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.