Selky festoye les 8 ans de Tinyni

Selky festoye les 8 ans de Tinyni
 
Mon grand, mon champion.
Ma tornade, mon impatient, ma pile, mon Minidoudou, mon tout en muscle, mon ptiQ pour qui tout ne va jamais assez vite, ma tempête, mon garçon, mon vroum vroum, mon bébé, mon minimoi.
Tu ne marche pas, tu cours, tu gigotes, te tortilles, te balances, tu vis à 100 à l’heure. Foot. Billes. Tennis. J’ai faim. Foot. Vélo. Foot. J’ai faim  Piscine. Foot. Tu ne t’arrêtes jamais ? Une Minipause pour manger ou regarder la télé. Se poser ? C’est surfait. Tu t’ennuies après. 
Tu fais tout vite. Tu cours vite, manges vite, te tâches vite, fais pas attention à ce que tu fais vite. Mais tu accours aussi vite quand ta sœur se blesse, ou si on a besoin de toi… 
 
 
T’aimes le ketchup, la routine, ta sœur, le bleu et l’orange, tes copains, le foot, les nerfs, les billes rares en forme de feuille, Harry Potter, l’histoire et le câlin du soir, les nuggets et les frites, que le coiffeur te fasse un éclair à la tondeuse sur le côté, les soirées pop-corn, la mythologie, regarder les poissons dans l’eau, les perles à repasser, que je te masse les mollets, cododoter avec ta sœur, cuisiner avec moi et lécher le fouet plein de chocolat, ta famille de ton petit cousin à ton arrière grand mère, faire des combats de Lego Playmobilo-Ninjago_Chevaliero-Pirato-Gladiatoresque, faire des pièges avec des ficelles et du scotch pour pas que l’ennemi pénètre dans ta chambre, construire des bateaux ou prison en carton, un peu trop les ballons de foot, l’apéro..
 
T’aime pas qu’on bouscule tes habitudes, penser à Cacahuète car ça te rend triste, porter autre chose que jogging et baskets, lire car c’est pas encore super facile pour toi, les pâtes à la carbo, te coiffer le matin, qu’y ait eu tant de morts au Titanic, l’injustice, quand ta sœur est triste, rentrer de suite après l’école, que ta sœur passe au collège, qu’on en ait marre de faire des tirs au but avec toi, qu’on te dise de faire attention à ce que tu fais, faire les devoirs avant de jouer, les fraises sans trois kilos de sucre….
Tu chausses du 33, pèses presque aussi lourd que ta sœur et pourrait la porter jusqu’à la lune s’il le fallait. Tu languis sans elle, trop loin d’elle, trop longtemps sans elle.

T’es volontaire, sage et dans l’arc en ciel à l’école, mon assistant pour vider le lave vaisselle, à mi-chemin de la pause pikpik, allergique au chlore, plein de vie, fasciné par les records chelous du Livre des Records, déboussolé par l’injustice et la planète qui part en cacahuète, t’as mal au bidon quand ça va pas trop… T’es assez impatient, parfois impertinent, moyennement confiant mais presque toujours partant et souriant. T’es rêveur, boudeur, râleur, boxeur, prêteur, parfois borné, souvent entêté, mais décidé, acharné, prêt à aider, parfois chafouin mais toujours câlin, malin, coquin, gredin… 

 
Mon ptiQ…  Je suis fière de toi, du super garçon que tu es, tu es gentil et prévenant avec les autres, généreux et reconnaissant. T’es volontaire, courageux, fort, rigolo, à l’écoute, empathique, réconfortant, mignon, facile à vivre, câlin, gaucher mais appliqué, râleur mais pas rancunier, bagarreur mais protecteur. 
Ton caractère de phacochère nous revient parfois comme un boomerang, quand t’es fatigué ou contrarié ou stressé. Mais ça dure jamais très longtemps. Un partie de guili, une fraise Tagada, une partie de foot, un câlin à ta mamounette ou une vision de Hugo tête de citrouille et ça repart. 
Joyeux anniversaire mon grand.
8 ans que tu as débarqué à minuit neuf à grand renfort de  »Maissss ssssorteeeezzzzz-le de lààaaaaaaaaa » !!! 
8 ans que tu fais notre fierté, car t’es un super ptiQ.
Reste comme tu es et continue de nous parler, toujours.
Jtm mon bébé.
Jusqu’à la lune. 
Et retour(nette).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.