Selky essaye de se souvenir…

Mes souvenirs se voilent – comme dirait Patrick.

Je m’en rends compte car je dois me concentrer davantage pour les attraper au vol dans ma tête, il s’échappent si vite!

Une photo, une odeur, un bruit, un « déjà-vu »sont autant de chose qui me renvoient quelques années en arrière. Un retour vers le passé, pas toujours facile de s’y replonger.

140511 Selky_essaye_de_se_souvenir

Moi y’a certaines choses que je ne veux pas oublier. J’aimerais tant me rappeler du temps d’avant, où tous les 4 nous n’étions qu’un, enfin qu' »une »famille unie.

De ce temps là j’ai gardé une balade. Une promenade fétiche des dimanches printaniers : le pique nique sur la table en plastique orange, la glacière était bleue, et les chaises pliantes. Une petite mare où nous cherchions les têtards, moi en culotte courte, un fichu sur la tête, pieds dans la vase. Mon père était plus loin avec mon frère, vers le ruisseau la-bas, il lui fabriquait un petit radeau en bois avec son couteau, le même que son papa lui faisait petit, le même que dans la pub Herta. Et tous les 2 de suivre leurs frêles embarcations sur le petit court d’eau. Et moi et mon seau, moi et mon fichu et ces fichus têtards qui se laissaient pas prendre. Et maman que faisais-tu ? Tu ramassais sans doute un bouquet de jonquilles ou de narcisses. Les fleurs tu as toujours aimé ça, et mâchouiller un long brin d’herbe aussi, que tu auras d’abord noué dans tous les sens, comme pour lui faire payer d’avoir poussé si droit.

J’ai aussi gardé notre première maison, la moquette sur les murs, orange avec des stries verticales, que je comptais toujours : 1, puis 2,3,4,5 et ça repartait à l’envers jusqu’à 1. La moquette du sol dans l’entrée avait un trou, c’était un mégot de papi Louis qui l’avait abimé… Mais papi il avait arrêté de fumé après, comme ça un beau jour, il avait tout jeté : paquet et briquet d’une fenêtre d’un train. Oui à l’époque les fenêtres des trains elles s’ouvraient… Et dans cette fameuse entrée du Chapeliérou se trouvait le téléphone aussi. Je me rappellerai toujours de cet appel, du visage de ma maman se composer et s’effondrer. SA mamie, SA mémé…

J’ai gardé nos dimanches soirs aussi, les dessins animes de tex Avery dans la cuisine pour oublier que demain c’est lundi…
Dans ma chambre à l’étage ya un velux. Un jour les pompiers sont venus enlever un essaim d’abeille. Une nuit ma maman est venue soulever ma couette et dormir avec moi. Une autre nuit aussi. Et encore une.
J’ai gardé les cabanes avec les tapis en mousse qu’on faisait avec mon frère, entre les chaises du salon, on s’y réfugiait dedans. Elles étaient solides ces cabanes, de véritables forteresses pour abriter nos ptites aventures.
J’ai garde aussi les montées d’escalier à dos de « cabaliero », le fidèle destrier que mon papa incarnait pour nous faire marrer. Les gâteaux aux pommes de ma maman. Les premiers poèmes de la fête des mamans, le petit chat que j’avais fait à l’école, avec de la laine pour faire sa queue.

Et puis le déménagement. Papa qui reste dans cette maison. Nous ailleurs. Non on sera pas loin, juste face même. De ma chambre je vois les fenêtres de mon ancienne chambre. Un petit chemin en pente, un chemin d’herbe avec des marches improvisées qui nous sépare de notre papa, de notre vie sous un même toit.

Je n’ai pas gardé les comment ni pourquoi. Ni les mots qu’on a du poser pour nous rassurer.
Non je n’ai pas gardé tout ça. Sauf que mon papa habite en face de chez moi….

To be followed…

Selky

6 réflexions sur “Selky essaye de se souvenir…

  1. nadou dit :

    tu me tires la larmichette, c’était il y a si longtemps et tu as l’air de souffrir encore….gros bisous réconfortants !

    • Selky dit :

      Ben souffrir n’est pas le mot nadou, mais encore un goût amer, un goût d’inachevé que je ne saurai expliquer. Un manque sans doute aussi… Un peu confus….

    • Selky dit :

      Merci Manu… Oui, parfois j’aimerais bien revenir en arrière pour revivre certains moments de mon enfance, tout bien capter pour mon sac à souvenirs !!

    • Selky dit :

      Oui, tu as raison. Mais j’ai comme des trous dans ma mémoire d’enfance. Que j’aimerais parfois boucher. Peut-être à tort. Y’a sûrement des choses qu’il vaut mieux occulter…
      Merci en tout cas (et welcome on board 😉 ) BIses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *